Cimetières Français abandonnés en Algérie: Prochain regroupement de 135 petits cimetières

Cimetières Français abandonnés en Algérie: Prochain regroupement de 135 petits cimetières
Par Ameziane Athali | 21 Juillet 2011 | 15:08

Le cimetière chrétien de la ville de Tigzirt dans la wilaya de Tizi Ouzou est en état d’abandon ces dernières années à tel point que même sa clôture a été arrachée. Situé à hauteur de la plage Tassalest à la sortie ouest de Tigzirt, la vingtaine de tombes qui le composent sont  dégradées proche de la profanation même. Un élu local a confié à Algérie Plus que faute de budget consacré à l’entretien des cimetières des non musulmans la mairie ne peut rien faire face à cette situation qui offre un décor désolant.

Notons que l'Etat algérien n'est pas tenu d'entretenir les cimetières français. La même source n’a pas manqué de rappeler qu’il y a quelques mois des responsables de l’ambassade de France à Alger auraient promis de prendre en charge ce cimetière soit par le déplacement des restes des morts vers un lieu de regroupement au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou ou entreprendre des travaux de réhabilitation de ce même cimetière.

Des promesses restées sans suite et en attendant les morts enterrés dans ce cimetière « souffrent » même dans leurs tombes. Il est à noter que dans le cadre de l’opération de regroupement de sépultures civiles françaises en Algérie, 135 petits cimetières français en Algérie dans 22 wilayas parmi les 523 cimetières regroupant 210.000 sépultures recensés en 2003 seront pris en charge cette année et la liste en question a été fixée dans l’arrêté du 23 juin 2011 relatif au regroupement de sépultures civiles françaises en Algérie publié dans le journal officiel de la République Française n°0152 du 2 juillet 2011.

Pour la wilaya de Tizi Ouzou il sera question de regrouper les sépultures de Ain El Hamam, Azefoune et Draa El Mizan au niveau du cimetière chrétien du chef lieu de la wilaya de Tizi Ouzou. Le nombre de cimetières, situés souvent dans des lieux excentrés regroupant pas moins de 4.000 tombes, pour la plus part dans un état de dégradation avancé, nécessitent une prise en charge immédiate. Les autorités Françaises se sont mobilisés déjà en 2007 pour une opération de réhabilitation de ces cimetières et un budget de 350.000 euros a été dégagé mais s'est révélé insuffisant pour tout réhabiliter et permettre ainsi à ceux qui le désirent d'aller se recueillir sur la tombe de leurs proches enterrés en Algérie.

Mots-clés :
Catégories : Société

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'