Les producteurs de sucre et d'huile convoqués au ministère du commerce

Les producteurs de sucre et d'huile convoqués au ministère du commerce
Par Abbès Zineb | 06 Janvier 2011 | 21:53

En première ligne face aux émeutes qui se propagent, le ministère du Commerce a convoqué aujourd'hui pour une réunion les principaux opérateurs intervenant dans la production du sucre et de l'huile. A l'ordre du jour de la réunion: les prix qui ont inexplicablement flambé au point de devenir le détonateur d'une explosion sociale. Le patron du groupe Cévital, Issad Rebrab, a fait partie des opérateurs convoqués. Un des principaux pourvoyeurs du marché national en huile et sucre, M. Rebrab a prévu une hausse importante du prix de ce dernier produit sur le marché mondial. Dans une déclaration au quotidien En Nahar, M. Rebrab a  indiqué que son groupe n'avait aucun intérêt à relever le prix des produits qu'il commercialise. C'est une situation découlant, selon lui, du marché mondial.

Pendant que le prix du sucre flambe au point de devenir le détonateur d'une explosion sociale, des bateaux attendent dans les ports le moment de décharger leur marchandise. C'est le cas d'une cargaison de 50.000 tonnes, bloquée en sous douane, au port d'Oran, appartenant à un homme d'affaires de l'ouest qui affirme devoir être exonéré de taxes.

Pour une raison inexplicable, le prix du sucre est uniforme en Algérie alors qu'une partie des quantités importées est exonérée des droits de douanes. Il s'agit de 150.000 tonnes importées d'Europe, dans la cadre de l'accord 'association  qui prévoit un certain nombre de dispositions douanières, certaines d'application immédiate, d'autres d'application différée. "Le contingentement tarifaire est un système de limitation des marchandises pouvant bénéficier de préférences commerciales. Il permet de limiter les quantités qui seront admises en réduction totale ou partielle des droits de douane et des autres taxes.  Une fois le contingent atteint, les importations ne seront pas refoulées, mais dédouanées dans les conditions de droit commun, c'est à dire avec acquittement des droits et taxes.  L'octroi des préférences se fait selon le principe +premier arrivé premier servi+ qui consiste à permettre le dédouanement aux conditions privilégiées jusqu'à la limite fixée par le contingent.  Les marchandises importées après sont soumises au paiement des droits et taxes", a expliqué à Algérie Plus un expert du commerce international.

"En Algérie, le quota des marchandises concernées par l'exonération des droits et taxes est généralement épuisé dans la première semaine du mois de janvier par les opérateurs disposant de gros moyens financiers. Ils commandent leurs marchandises durant le mois de décembre pour être les premiers arrivés dans les ports en vue de bénéficier de la franchise des droits et taxes. Sauf que ce gain n'est pas répercutée sur le prix de vente au consommateur.  Cet immense différentiel va donc dans la poche de ces opérateurs avec la bénédiction de l'Etat", ajoute cet expert.

Mots-clés :
Catégories : Economie Actualité

Voir tous les articles de l'économie