Répression des magistrats au tribunal d'Oran : Le SNM conditionne la poursuite du dialogue par le départ de Zeghmati

Répression des magistrats au tribunal d'Oran : Le SNM conditionne la poursuite du dialogue par le départ de Zeghmati
Par Kaci Haider | 03 Novembre 2019 | 21:10

Le Syndicat National des Magistrats (SNM) a dénoncé, dimanche soir, dans un communiqué la répression des magistrats, à l'intérieur de la Cour de justice d'Oran, qui protestaient à l'occasion de l'ouverture de la session criminelle, en la qualifiant de "graves atteintes à l'intégrité" des structures de justice et en contradiction avec le discours officiel prétendant le dialogue. 

Les "graves dépassements", qui ont choqué les magistrats et l'opinion publique, enregistrés à la Cour de justice d'Oran, interviennent au moment où le SNM répond à toutes les invitations au dialogue en vue du règlement de la crise, souligne la même source.

Cela n'aura comme conséquence que le "pourrissement" de la situation et le SNM dégage toute responsabilité quant à d'éventuels dérapages qui découleraient de la réaction des magistrats, lit-on dans le même document.

Le SNM annonce la suspension de toute médiation ou dialogue visant à dégager des solutions à la crise et que cela ne reprendra qu'après la démission de l'actuel ministre de la justice.

Par ailleurs, des membres du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) ont dénoncé la répression dont ont été victimes des magistrats à la Cour de justice d'Oran et réclament l'ouverture d'une enquête pour situer les responsabilités et prendre les sanctions à l'encontre des auteurs.

img_5dbf3c07d46f1.jpg

img_5dbf409239795.jpg

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'