Le ministre confirme: Un seul décès de bébé atteint d’infection nosocomiale à la clinique de Tizi Ouzou

Le ministre confirme: Un seul décès de bébé atteint d’infection nosocomiale à la clinique de Tizi Ouzou
Par Ameziane Athali | 10 Septembre 2011 | 12:48

Mise à jour à 16h55 :

Alors que de folles rumeurs circulent ces dernier jours à Tizi Ouzou au sujet des cas de bébés décédés à cause de la présence de germes bactériens au niveau du service de néonatalogie de l’établissement hospitalier spécialisé dans la gynécologie et l’obstétrique "Sbihi Tassadit", situé au niveau de la haute ville du chef lieu de wilaya, notre journaliste s’est rendu sur les lieux aujourd’hui samedi pour vérifier ces informations qui ont semé un mouvement de panique parmi les parents des malades hospitalisés dans cette clinique.

Selon son directeur, M. Kitous, rencontré sur les lieux , l'établissement a enregistré un seul cas de bébé décédé suite à une infection nosocomiale en date du 05 septembre dernier avant d’apporter un démenti catégorique à toutes les rumeurs notamment celle faisant état de 09 bébés décédés jeudi dernier.

Il a expliqué que « deux cas seulement de bébés de sexe masculin prématurés de moins de 36 semaines souffrants d’infection nosocomiale ont été confirmés ces derniers jours, l’un est décédé alors que le second est toujours vivant et a été mis sous traitement ».

M.Kitous a néanmoins confirmé le décès de 07 bébés depuis le début du mois, et non en une seule nuit, mais pour des pathologies différentes puisque la plupart sont des morts nés. Le directeur nous mis entre les mains le registre des décès pour appuyer ses dires. M. Kitous a précisé que dès la confirmation de l’existence des germes, le conseil médical de la clinique a pris la décision de lancer une opération de désinfection du 08 au 9 septembre courant. Durant les travaux de désinfection, les admissions ont été limitées selon les précisions du directeur mais « à aucun moment notre établissement n’a été fermé », avant de soutenir qu’à l’avenir « nous allons effectuer périodiquement des opérations de désinfection à raison de chaque trimestre».

Dès l’apparition des germes dans le service de néonatalogie la tutelle a été saisie, comme le règlement le précise, selon toujours le même responsable, laquelle a diligenté des inspecteurs locaux de la santé afin de mener une enquête médicale. Les responsables de la clinique Sbihi Tassadit de Tizi Ouzou n’ont pas manqué de rappeler que leur établissement est surexploité de par la hausse effrénée des admissions en provenance de toute la wilaya de Tizi Ouzou et même des wilayas limitrophes de Boumerdes et Bouira.

A ce propos il a révélé que durant le premier semestre de l’année 2011, le nombre de femmes admises pour accouchement a été de 6.640 et la moyenne de 22 césariennes est effectuée durant une garde de 24 heures. Pendant une année, le nombre d’accouchements varie entre 9.000 et 11.000 engendrant des insuffisances en matière d’encadrement médical et surtout l’exiguïté des locaux qui ne permet plus cette surcharge, puisque ladite clinique est d’une capacité de 72 lits alors qu’elle tourne aujourd’hui avec 252 malades. Cela dit, cet établissement a une moyenne de 10 décès pour 1.000 naissances contre une moyenne nationale de 24  toujours selon la la même source.

Notons enfin que le ministre de la santé , Djamel Ould Abbes est attendu aujourd'hui samedi à Tizi Ouzou pour s'informer et certainement rassurer.

Le ministre de la Santé dément la mort de neuf prématurés 

16h55: Le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès, a confirmé les informations rapportées par Algérie Plus (voir plus haut)  en démentant formellement samedi la rumeur colportée par voie de presse faisant état de la "mort par infection nosocomiale de neuf (9) bébés prématurés" à la clinique de gynécologie-obstétrique Sbihi Tassadit de Tizi-Ouzou.

Le ministre, qui s’est déplacé sur les lieux pour s’enquérir des conditions de prise en charge des parturientes et de leurs bébés, a assuré, après avoir inspecté différents services de cette clinique et s'être entretenu avec le personnel médical, qu’il s’agit "d’une fausse alerte". Toutefois, il a reconnu, sur la base d’informations qui lui ont été communiquées sur place, qu’il a été enregistré "un seul cas de décès concernant un enfant prématuré de 36 semaines, suite à une infection par germe hospitalier". Il a fait état également de "la mise en observation d’un autre bébé prématuré, atteint d’une infection nosocomiale."

Mots-clés :
Catégories : Société

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'