Le coup de gueule de Nassima : "Hogra fi BLadi"

Le coup de gueule de Nassima : "Hogra fi BLadi"
Contribution | 10 Juillet 2011 | 19:49

Chers Algériens (es),

On ramène des artistes orientaux se produire en Algérie et on les fait rentrer par la grande porte sur la scène algérienne à coup de milliards. Alors que des artistes algériens de renom,  de vrais ambassadeurs, l'amour du pays dans le cœur, portant très haut notre culture à l'étranger, sont ignorés voire méprisés dans leur propre pays l'Algérie.

En ce qui me concerne, j'ai porté passionnément, avec cœur et âme, l'art musical algérien aux couleurs des 4 coins d'Algérie dans le monde entier et ce depuis une trentaine d'années.

J'ai été sélectionnée et j'ai réussi mon passage au Word-Music USA puis je me suis produit avec succès au Carnegie Hall à New York (25 Fev 2011) Temple du Monde de la Musique et qui représente la consécration pour les plus grands artistes du Monde alors que dans mon propre pays Bladi Blad djdadi (terre de mes ancêtres) je ne suis pas la bienvenue car le ministère de la culture à travers ses  institutions culturelles, refuse de m'offrir les moyens nécessaires pour m'exprimer sur la scène algérienne.

Pour l'anecdote, je tiens à révéler publiquement l'entretien que j'ai eu avec un responsable appelé Mr Laissaoui, directeur par intérim de l'Oref (interlocuteur officiel concernant mon contrat).

J'ai appelé ce responsable par téléphone et dès qu'il a décroché il me fit le reproche suivant : "Qui vous a donné mon numéro de téléphone ?"  "Ma ligne est confidentielle !" Je lui ai répondu en lui indiquant qu'il était "sensé être à ce poste au service de la culture algérienne". Pour toute réponse, Il m'a raccroché au nez.

J'ai aussitôt informé  Mme Zhira Yahi, chef du cabinet de Mme la Ministre Khalida Toumi. J'ai rappelé plusieurs fois, mais en vain. En guise de représailles, "on" a annulé les représentations que je devais faire à  Tlemcen le29 juin, Ain Témouchent le 30 juin, Oran le 1er juillet et Sidi Bel Abbes le 2 juillet. Pourquoi cette Hogra, pourquoi ce mépris envers le talent algérien ?

Je suis indignée par ce manque de respect parce que j'ai toujours été porteuse de notre patrimoine culturel et montré le plus beau visage de l'Algérie du nord au sud, de l'est à l'ouest.

Mon souhait le plus cher était de retrouver mon public algérien, d'interpréter Abou Madiane al-ghawth, Ibn Msaib, Ibn Arabi, Shushtari, l'Emir Abdelkader, Cheikh Ahmed al-Alaoui et autres penseurs-poètes de l'islam que j'ai réunis dans mon album intitulé "voie soufie, voix d'amour paru chez IMA/Harmonia Mundi, à Tlemcen capitale de la culture De l'islam cette année 2011. 

J'ai chanté cette création musicale mystique, message de Paix (la Paix qui est l'un des noms divins) en France et en Europe, Turquie, Pakistan, USA, Canada, Maroc, Tunisie, Emirats Arabes, Suède, Angleterre et dans d'autres pays mais pas en ALGÉRIE BLADI parce qu' un fonctionnaire au pouvoir exhorbitant en a décidé autrement. Il a fait de moi une persona non grata.

L'ALGÉRIE appartient à chacun d'entre nous !!! ...

"Hassiba, Didouche wa Amirouche lina ma matouche.

El Hogra wa dholm ma qablouche Oussoud bladi'...

50 ans après l'indépendance !!! AlHogra est toujours là.

Chers algériens (es), il est grand temps que cela change.

J'espère que dans les années à venir, un nouvel air soufflera sur l'Algérie,

qui mettra un terme à ces comportements sectaires.

TAHIA El-DJAZAÏR

Nassima

www.nassima-chabane.com

Mail: contactnassima@gmail.com

 

 

 

Mots-clés :

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'