Air Algérie : un rapport de l’IGF pointe un risque de faillite

Air Algérie : un rapport de l’IGF pointe un risque de faillite
Par Amel Benabi | 21 Septembre 2019 | 14:01

Un rapport de l’IGF datant déjà de 2017, remis au gouvernement de l’époque pointait un risque de faillite d’Air Algérie, selon Ennahar qui a pu consulter le document.

Le rapport en question recommandait l’inclusion d’un article  à la loi de finances 2020 qui permettrait d’exonérer Air Algérie des intérêts des crédits bancaires contractés pour le renouvellement de sa flotte, un montant de 800 millions de dollars. Ces crédits ont été contractés en 2004.

« Faire payer les intérêts du crédit à Air Algérie la conduira à la faillite en 2021 », tranche l’IGF qui recommande par ailleurs une meilleure rotation de la flotte du pavillon national de façon à générer un meilleur flux financier.

« Faute de quoi, l’entreprise souffrira d’un déficit financier notamment en 2021 qui aura un impact négatif sur sa compétitivité », prévient le document.

Air Algérie, comme la plupart des entreprises étatiques nationales  connait une situation de déficit structurel et ne doit sa survie artificielle que grâce aux apports financiers  réguliers et successifs du trésor .

Ce déficit chronique est la conséquence d’un mode de management anachronique qui ne tient pas compte des impératifs de compétitivité et de rentabilité, avec  notamment un personnel pléthorique  équivalent à plus de 9500 personnes, alors que quasiment pour le même nombre d’avions qu’Air Algérie, la RAM marocaine fonctionne convenablement qu’avec 3.500 personnes et des billets...moins chers malgré une concurrence des compagnies low-cost.

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'