Mouton de l’Aid : l’Association des Oulémas favorable au sacrifice

Mouton de l’Aid : l’Association des Oulémas favorable au sacrifice
Par Abbès Zineb | 13 Juillet 2020 | 14:40

Faut-il égorger ou non le mouton de l’Aid, à cause de la situation sanitaire que vit l’Algérie,  l’instar de tous les pays musulmans ? La polémique continue d’enfler en Algérie entre partisans de la primauté de la foi sur la science et inversement.

Lundi, c’est la  très influente Association des Oulémas, présidée par Cheikh Abderazak Guessoum, qui s’est prononcée en faveur du maintien du rituel, considérant  que "le versement du montant du mouton sous forme d’aumône (Sadaka) n’a pas la même signification spirituelle que le sacrifice, en souvenir du prophète Abraham".

Le président de l’Association des Oulémas renvoie la patate chaude aux autorités en leur demandant "d’organiser le marché du mouton avec une surveillance rigoureuse" en veillant au respect des mesures barrières.

Cheikh Guessoum préconise l’organisation du rituel dans les quartiers à haute densité populaire « pour éviter d’éventuels dangers » et demande aux services des APC de mettre en place les conditions sanitaires.

Hier les syndicats des imams indépendants s’est clairement prononcé pour le maintien du sacrifice, alors que la commission de la Fatwa, qui dépend du ministère des Affaires religieuses, se donne encore le  temps avant de se prononcer, considérant que la décision appartient au président de la République qui doit trancher selon l’avis du Comité scientifique.     

Voir tous les articles de la catégorie 'Santé'