Affiche royale, ce soir, en 8e de finale de la Champions’ League entre le Barça et le PSG : duel ’’ 2.M’’ pour solder bien des comptes !

Par Nourredine B | 16 Février 2021 | 13:48

La prestigieuse épreuve européenne de la Ligue des  Champions d’Europe (LDC)  va retrouver ses couleurs, dès  aujourd’hui mardi, à l’occasion de ses huitièmes de finale. Et déjà un sommet royal sur le pré du Camp Nou, marqué, en dehors, par des tiraillements qui frisent  la guéguerre, tant en France qu’en Espagne.

Barça- PSG, c’est déjà une saga écrite par cinq doubles confrontations entre les deux clubs, depuis 2013, toutes à l’avantage de l’ogre catalan, alors dans toute sa splendeur.

Une saga exacerbée  par la ‘’remontada’’ historique (6-1), en 8e de finale toujours en 2017,  effectuée par les ‘’Culés’’ après avoir bu la tasse à paris (4-0).

C’est, plus précisément, à partir de cette date que naquirent tous les ressentiments, plus prononcés du côté du club géré par le QSI qatari.

Et la réaction de ce dernier aura été fulgurante. La même année, Nasser al- Khelaïfi sort le gros chéquier pour débaucher la pépite brésilienne, Neymar, des rangs ‘’Azulgrana’’.

La guerre est désormais déclenchée. Pour ne plus s’arrêter ? Depuis l’épisode du recrutement  de Marco Verrati, si proche, alors, du Barça mais plombé d’autorité  par son président, à l’assaut parisien cette saison du mythique maître du onze catalan, les hostilités entre les deux camps amplifient.

En arrivant, lundi à Barcelone, Nasser al-khelaïfi, en a dû mesurer un bout, quand il a été copieusement arrosé  d’insultes et d’invectives par un comité d’accueil ‘’ très spécial’’.

Il faut dire que ce sont les Parisiens qui avaient lancé le match avant l’heure, quand certains médias français et responsables du club francilien se sont évertués à remettre au goût du jour, de façon loin d’être fortuite, la drague d’un Messi, libre de tout engagement à partir de cet été.

Une occurrence qui a soulevé une tempête en Espagne. Au-delà, une guerre psychologique qui cache mal les appréhensions, voire les inquiétudes, du club- phare de l’Hexagone d’essuyer un énième échec face à une équipe qui passe, désormais, pour un véritable cauchemar. Et les trajectoires, contrastées, des antagonistes de ce soir les confortent assez.

De fait et touchant le fond depuis le début de la saison, en raison notamment de l’affaire Messi et les balbutiements technico- tactiques du nouveau coach Ronald Koeman,  le FC Barcelone a retrouvé ses esprits, à l’instar de son astre argentin, s’est ramassé  en Liga et semble paré pour jouer, à nouveau un sale tour  à un vis-à vis, devenu au fil des péripéties, son plus cordial ennemi dans la cour d’Europe.

En tout état de cause, s’il s’était frotté  les mains à l’issue du tirage au sort des 8e de finale, le PSG, et au vu du redressement spectaculaire du Barça, a dû tempérer ses ardeurs, d’autant qu’il va se présenter au Camp Nou, sans deux des pièces maitresses, Neymar et Di Maria, tous deux absents pour blessures.

Ce  sera donc au seul fantastique qui reste, Kylian Mbappé, de porter des bleus et rouges, aux côtés d’Icardi et Kean.

Un trio qui peut frapper son adversaire à son talon d’Achille, à savoir un axe défensif poreux à souhait, même si l’on annonce le retour probable de son pilier, Gerard Piqué.

Reste maintenant l’équation Messi. Revenant en grande forme ces derniers temps, aussi bien à la partition  qu’au niveau de l’efficacité, la ‘’Pulga’’ pourrait toujours craindre quelques choix  tactique hasardeux de son entraîneur. Et Koeman en a commis à bien des moments, cette saison.

Tétanisé par des ‘’remontadas’’, à son détriment cette fois, enregistrées dans un passé récent, face à la Roma, puis Liverpool, la formation ‘’blaugrana’’ a tout intérêt à sortir une partie sans faille aucune, ce soir à la maison, sachant que le retour au Parc des Princes, début mars, va prendre une toute autre tournure, le PSG récupérant tous ses blessés.

Il n’empêche que le duel ‘’2.M’’, c'est-à-dire entre Messi et Mbappé (Photo- DR), reste bien de mise ! En tout cas essentiel, s’agissant de régler certains contentieux entre les deux clubs.